collectif barbare portrait projekte menschen kontakt home

5 performances / interventions du Collectif barbare dans l’espace public issues du terreau d’expérimentation des Atteintes à la pudeur. 5 actions qui interrogent le rapport entre passant et espace public, entre art et société civile, et qui se caractérisent par l’ambiguité de leur forme, entre mise en scène et distortion de la réalité quotidienne. Elles jouent avec la dynamique de l’endroit et les codes de comportement qu’il génère, la perception des spectateurs, l’inattendu et l’adaptation, l’interaction, la décontextualisation et les associations.

Réflexion: un point de rencontre est aussi un lieu de remise en question. In flagrante interroge la place de l’art dans la société civile et le rapport entre un espace public et ceux qui y passent. C’est une démarche qui exige une ouverture de la part d’artistes prêts à endosser le regard du public et des passants auxquel ils se livrent, tout en jouant avec leur perception.

L’espace public: qu’est-ce qui le définit et quels sont les schémas et règles de comportements qu’il induit? Quelle est la différence entre le comportement adopté dans la sphère privée et dans un espace public? Et où se situe la zone de tolérance?

Interaction: le jeu avec la dynamique d’un espace public induit des mécanismes propres à cette situation. Le facteur de l’imprévu exige de la part des participants une adaptation et des réactions rapides et efficaces face  aux gens auxquels ils se confrontent et dans l’espace dans lequel ils se trouvent.

Dates : du 27 mai au 25 septembre 2010, jeudis soirs et samedis après-midi.

Lieux : la place Centrale, le Centre Coop Bahnhof de Bienne

1. Schubertiade (27.5./10.6.2010 // 20:00) : 2 contrebasses, 1 violoncelle, 1 violons, 2 flûte, 1 schwyzerörgeli, 2 baryton, 2 clarinettes, 1 trompette et 1 piano poussent le principe de la Schubertiade à ses limites, en la réalisant dans un espace ouvert, en dehors de tout cadre. Le lieu et sa dynamique requiert une adaptation constante aux situations et à l’acoustique...

2. Sonate (17.06.2010 // 19:30) : composition stricte d’actions et de mouvements sur un timing donné. Chaque action et chaque déplacement des 15 performers participants sera précisément composé. Le répertoire des actions et des déplacements s'inspire de ce qui se produit naturellement à cet endroit: téléphoner, porter des sacs de commissions, pousser son vélo, attendre le bus, discuter, etc… Mais ce répertoire est stylisé par accélération, ralentissement ou répétition; cette démarche va même plus loin en utilisant des formes musicales telles que la fugue, le canon, les leitmotivs, thèmes et variations, etc. En plus de ce répertoire, quelques performers réalisent des gestes et actions issus de la vie et de l'espace privé: trier et essayer des chaussettes, faire la lessive, se laver les dents, etc...


3. Setting (24.06/1.07.2010 // 20:30) : installation vivante et éphémère s’inspirant des photos de tournage de Mary Ellen Mark (*1940).

4. persona grata (10.09.2010 // 18:0-19:00 // centre Coop Bahnhof Biel/Bienne

Die vierte und somit vorletzte Episode von in flagrante vermischt zwei ganz alltägliche Tätigkeiten zu einem ungewöhnlichen Erlebnis: das Üben am Instrument, was normalerweise zu Hause stattfindet und das Einkaufen, natürlicherweise eine Tätigkeit im öffentlichen Raum.

Welches ist der Platz eines Kindes an einem Ort, der so viel in Marketingstrategien investiert, mit dem Ziel das Kind selbst zu einem Konsumierenden zu machen? Wie gehen die Maketingspezialisten die Konsumgruppe „Kind“ an?

5. Sitcom ( 18.09./25.09.2010 // 13:00) : pilote pour SITCOM en 2011. Mise en scène à deux niveaux. D’un côté les acteurs participants à cet épisode mêlés à la foule ordinaire mais munis de microphones sans fil et de l’autre côté les spectateurs assis en rangs entre deux boxes et regardant tous dans la même direction. La forme s’inspirera directement des sitcoms, (publicités, jingles et rires en boîte inclus), mais s’en différenciera par le contenu thématique et la situation en elle-même.

Die letzte Episode von IN FLAGRANTE baut die Inszenierung unter Einbezug zweier Betrachtungsebenen auf: Einerseits die Darsteller, die sich, mit drahtlosen Mikrofonen ausgerüstet, mitten auf dem Zentralplatz unter den Passanten bewegen und agieren. Auf der anderen Seite die Zuschauer, beschallt von einer davor aufgestellten Lautsprecheranlage, und alle in die Richtung des Spektakels auf der anderen Strassenseite schauend.

Die äussere Form der Performance ist zwar durch Sitcoms inspiriert (eingeblendete Werbung, Applaus, Jingles und Gelächter), konterkariert diese jedoch durch den thematische Inhalt und die situative Darreichung der Show an sich. Der gnadenlosen Tonspur ausgeliefert, versuchen die Interpreten mutig, dem Chaos der Passanten, des Verkehrs und der natürlichen Dynamik des Zentralplatzes paroli zu bieten und dabei ihre Rollen zu spielen.

Diese Episode dient als Pilotaufführung für den dritten Teil der Trilogie: Atteintes à la pudeur (2009), IN FLAGRANTE (2010), SITCOM (2011)